Articles conseils

Tous nos conseils pour vos animaux : soins, nutrition, santé, etc.

Les puces, même en hiver

Certains animaux (chiens et chats) ne nécessitent un traitement anti-puces que durant les mois les plus « chauds » de l’année, d’avril à octobre. D’autres par contre vous ramènent des puces à la maison même en hiver. Cela dépend de leur mode de vie, de leurs «fréquentations», de leur environnement mais aussi des traitements qui leur ont été administrés auparavant. Certains produits sont efficaces uniquement contre les puces adultes alors que d’autres éliminent en plus les stades « adolescents » disséminés dans votre intérieur. Il est de loin préférable d’utiliser ces derniers car les puces adultes ne représentent que 5% de la population parasitaire totale et si vous ne combattez qu’elles, il reste donc 95 % de la population regroupant les trois stades immatures, à savoir: les œufs, les larves et les nymphes. Attention aux idées reçues: les animaux qui ne sortent pas du tout peuvent également être infestés.

Les tiques – partie 1

Les tiques font partie de l’ordre des acariens et sont des parasites de nos animaux domestiques. Attachée à l’hôte par ses pièces buccales, la tique prélève son repas sanguin durant plusieurs jours puis se laisse tomber dans la nature pour pondre ses œufs. En Belgique, le climat doux et humide est au goût des tiques (le printemps et l’automne étant les saisons propices). Par contre les tiques supportent mal le gel de l’hiver et la sécheresse de l’été. En plus d’être un parasite, la tique peut transmettre, via son injection de salive, des maladies comme la piroplasmose ou la maladie de Lyme (borreliose). L’acteur de la piroplasmose est un protozoaire (être unicellulaire microscopique) et parmi les symptômes de la maladie on distinguera une hyperthermie, un abattement et dans les cas avancés, une urine couleur café au lait… (à suivre)

Les tiques – partie 2

La maladie de Lyme, quant-à elle, est due à une bactérie qui provoque des douleurs articulaires, de la fièvre et de l’abattement. Ces deux maladies peuvent être mortelles si elles ne sont pas traitées. Pour retirer une tique, il existe des crochets très appropriés, qui permettent de « dévisser » la tique et de la retirer dans son entièreté. On évite ainsi de laisser une partie de la tête provoquant un infection localisée. Il est conseillé de ne pas tuer la tique avant enlèvement. En effet, l’éther utilisée pour endormir la tique motiverait l’injection de salive.

Les vers du chien contagieux pour l’homme, dans nos régions

Le chien est l’hôte de nombreux vers responsables de désagréments pour lui (diarrhée, pneumonie, prurit anal…) : Echinococcus, Dipylidium, Uncinaria, Strongyloïde, Toxocara. Cette raison à elle seule est suffisante pour décider de vermifuger son chien au moins 2 fois par an. Une raison complémentaire est que certains vers sont transmissibles à l’homme et susceptibles de causer de graves dégâts. Par exemple l’Echinococcose du chien (contaminé par ingestion de carcasse de vache ou de porc) peut provoquer chez l’homme des troubles pulmonaires, rénaux, cérébraux (l’Echinococcose du renard est particulièrement dangereuse aussi c’est pourquoi il est conseillé de ne pas toucher aux cadavres des renards dans les bois). Un autre ver peut s’avérer hautement pathogène : Toxocara canis, un ver rond qui, ingéré par l’homme, peut ne poser aucun problème mais peut aussi malheureusement provoquer des allergies ou de très graves lésions au niveau de la rétine (œil). Les enfants sont particulièrement sensibles. L’infestation de l’homme se fait par ingestion des œufs contenus dans les matières fécales. N’hésitez pas quand vous avez des enfants à vermifuger votre animal tous les 3 mois et à apprendre à vos enfants à se laver les mains après avoir caressé le chien ou joué dans l’herbe.

Le vaccin contre la péritonite infectieuse féline

La péritonite infectieuse féline (PIF) est une infection grave due à un virus non pathogène ayant muté. L’infection par le virus « original », le FCoV, est omniprésente et particulièrement fréquente dans les environnements à forte densité de chats. Heureusement, seule une faible proportion de chats infectés développe la PIF. Le stress prédispose les chats à cette maladie. Il existe un test sanguin qui permet de rechercher les anticorps anti-FCoV mais il est incapable de faire la différence entre le virus muté ou « original ». La vaccination contre la PIF n’est pas une valence vaccinale essentielle (c’est-à-dire qu’elle n’est pas recommandée chez tous les chats systématiquement) et est inefficace chez les chats ayant déjà été infectés par le FCoV. Ce vaccin reste donc utile uniquement chez les chatons négatifs au test sanguin avant leur introduction dans un environnement endémique.

Les vaccins du chat recommandés par le comité consultatif

Un comité consultatif européen sur les maladies félines, rassemblant d’éminents spécialistes, a établi des recommandations sur les différents vaccins. Ils séparent les vaccins en trois catégories : la première est celle qui regroupe les vaccins qu’ils recommandent d’administrer à tous les chats. Il s’agit des vaccins « core » dits essentiels, qui confèrent une protection contre des maladies mortelles comme celles dues au virus de la panleucopénie féline, au calicivirus félin, à l’herpèsvirus félin et au virus rabique (dans les zones endémiques) . La deuxième catégorie comprend les vaccins « non core » dont l’usage dépend d’une analyse de risque (vaccin contre le virus de la leucose féline). Et enfin la troisième catégorie, celle des vaccins non recommandés par manque de preuves scientifiques comme celui contre le virus de l’immunodéficience féline.

Un nouveau vaccin pour le chien contre la leptospirose

La leptospirose est causée par des bactéries que l\'on trouve dans toutes les régions du monde. Les chiens infectés excrètent ces bactéries dans l\'environnement via leur urine et contaminent ainsi les lieux de promenade, les pelouses, les eaux stagnantes… Les souris et les rats jouent aussi un rôle dans la propagation de cette maladie. Chaque chien peut être infecté par des leptospires, tant en ville qu\'à la campagne. En mangeant de l\'herbe, en buvant dans une flaque d\'eau, en se baignant… Il n\'y a pas d\'âge pour être contaminé, malheureusement votre compagnon peut s\'infecter même à 10, 12 ans et plus. Plusieurs milliers de cas ont été diagnostiqués en Belgique ces dernières années et les analyses montrent que de nouvelles souches (de nouveaux types) de ces leptospires sont à présent les plus fréquentes. Un nouveau vaccin qui contient ces souches émergentes est à présent enfin disponible!! Il ne coûte pas plus cher que l\'ancien vaccin, est utilisé de la même façon (un rappel annuel) mais il nécessite la première fois un rappel 2 à 3 semaines plus tard.

La leptospirose

La leptospirose du chien est une maladie redoutable, hautement mortelle, qui est due à une bactérie particulière, la leptospire. Il existe différents types de leptospires et le chien est sensible à la plupart d’entre eux. La leptospirose est contagieuse et très répandue. Les animaux sauvages et domestiques tels que les chiens et les rongeurs sont les réservoirs principaux. Le rat est souvent incriminé, disséminant les leptospires par ses urines. Les leptospires sont en effet éliminées lors de la miction et peuvent survivrent plusieurs mois dans de l’eau douce en périodes tempérées (étang). C’est le plus souvent lors d’une baignade que le chien va s’infecter ; la leptospire pénètre par les muqueuses ou par la peau s’il existe des lésions (même microscopiques). La leptospirose a souvent été décrite comme étant la maladie des égoutiers. Heureusement à l’heure actuelle, ceux-ci sont vaccinés, comme toute personne exerçant un métier à risque. Chez le chien, le vaccin contre la leptospirose existe et fait même partie de la vaccination traditionnelle. Un rappel annuel est nécessaire pour maintenir la protection et dans les zones contaminées une vaccination tous les 6 mois peut être conseillée.

La maladie de Carré partie 1

La maladie de Carré est provoquée par un virus du genre Morbillivirus, très apparenté aux virus de la rougeole humaine et de la peste des bovins et des petits ruminants. Il infecte la plupart des carnivores terrestres : canidés, mustélidés (comme le furet), les grands félins. Le chat y est sensible mais l’infection est chez lui inapparente. Ce virus est peu résistant dans le milieu extérieur, il est inactivé par les désinfectants habituels. La transmission s’opère donc essentiellement par aérosol, directement d’animal à animal, bien que le chien infecté élimine des virus via toutes ses sécrétions corporelles (salive, urine, matières fécales, écoulements oculaire et nasal). La maladie affecte les animaux de tous âges non immunisés : il est dès lors rare de la retrouver chez les chiens adultes immunisés grâce à la vaccination et chez les jeunes chiots, protégés jusqu’à 6-12 semaines par les anticorps de leur mère. D’après E. Thiry.

A propos de nous

Situé à l’entrée du stade de Bielmont, à 2 minutes en voiture du Palais de Justice et du grand hôpital (CHPLT), desservi par les bus 294, 295, 390, 393, 395, 705 et 708, le centre vétérinaire vous accueille du lundi matin au samedi après-midi.

Adresse

Centre Vétérinaire Abyssin Place d'Arles 4 à 4800 Verviers

Email

mesveterinaires@gmail.com