Tous les articles de Dermatologie

L’allergie alimentaire chez le chien

Parmi les nombreuses causes de grattage chez le chien, l’allergie alimentaire arrive en 3ème position dans les pathologies allergiques à manifestation cutanée. C’est donc une affection qui n’est pas rare. Il est difficile d’envisager que son chien puisse être allergique à un aliment quand celui-ci se nourrit de la même façon depuis des années, pourtant avant les signes d’allergie (le principal signe est le grattage), une longue période réfractaire sans symptôme (jusqu’à plusieurs années) précède l’allergie proprement dite. Avant d’établir le diagnostic d’allergie alimentaire, il sera bon d’éliminer toutes les causes possibles de grattage comme les gales, les puces, ainsi que de traiter toutes les infections secondaires (très souvent présentent) bactériennes et fongiques. Si votre vétérinaire suspecte une allergie alimentaire, il vous faudra de la patience et beaucoup de rigueur dans le traitement instauré. Le plus souvent, la certitude ne pourra être établie qu’après plusieurs semaines, éventuellement après mise en place d’un régime alimentaire spécifique (régime d’éviction). Contrairement à d’autres pathologies dermatologiques, l’allergie alimentaire peut être contrôlée et gérée à long terme, à condition d’éduquer tout le monde à la maison. Le moindre écart peut faire revenir à la case départ !

L’allergie aux animaux – partie 1

Malheureusement, l’une des plus fréquentes causes d’abandon d’animaux est l’allergie à ces derniers. Pourtant, avec quelques règles d’hygiène, la cohabitation peut parfois rester possible ! Cette allergie peut apparaître subitement, même chez un individu qui a toujours été en contact avec des animaux sans que cela ne lui ai posé problème jusqu’alors. En premier lieu, il est indispensable d’effectuer un test chez un médecin spécialisé afin de s’assurer de la cause de l’allergie et de savoir à quel animal l’ « allergique » est plus sensible. En cas d’allergie aux chats (la plus fréquente), il faut savoir que celle-ci n’est pas due aux poils mais qu’elle est déclenchée par une protéine présente sur la peau du chat, dans sa salive, ses urines, ses squames et aussi ses larmes… (à suivre)

L’allergie aux animaux – partie 2

…La stérilisation du chat (en plus de nombreux autres avantages médicaux) diminue de façon importante la production de ces protéines. En plus de la stérilisation, il est aussi indispensable de laver le chat 1 fois par semaine avec un shampooing adapté et de lui passer un gant humide sur le corps plusieurs fois par semaine. Il est préférable d’interdire l’accès du chat à toutes les chambres, d’aspirer très fréquemment toutes les pièces, tapis, etc. et de laver fréquemment tout tissu en contact avec l’animal. Il est également important d’aérer régulièrement l’habitation… (à suivre)

L’allergie aux animaux – partie 3

…Le bac à litière ne doit pas être changé par la personne sensibilisée et il est préférable que ce dernier soit isolé et couvert. Les allergies aux rongeurs sont plutôt dues aux protéines répandues dans l’air par l’urine une fois séchée. Là encore, la stérilisation réduira beaucoup la production de ces protéines et donc leurs inconvénients. En ce qui concerne les oiseaux, leurs déjections sont allergisantes et leurs plumes peuvent l’être également (par les acariens qu’elles contiennent). En respectant certaines règles de vie, toute la famille pourra, nous l’espérons, continuer à vivre au mieux avec son animal.

L’onychodystrophie lupoïde

L’onychodystrophie lupoïde. Cette maladie peu fréquente au nom bizarre atteint les ongles des chiens. D’abord 1 ongle ou 2 puis en quelques mois on note que toutes les griffes sont concernées. Les griffes tombent, se cassent, se fissurent. Les griffes de remplacement sont déformées, molles ou cassantes, décolorées et friables. Elles finissent par tomber elles aussi. On suspecte une origine auto-immune pour cette maladie qui reste localisée aux ongles puisque les chiens atteints ne présentent aucune autre lésion cutanée et sont par ailleurs en bonne santé. Un diagnostic différentiel doit être réalisé afin d’éliminer les autres causes d’affection des griffes : infections bactériennes ou fongiques, allergie alimentaire, vasculite… Une complémentation alimentaire en acides gras essentiels et en vitamine E fait partie du traitement. Elle doit être associée à des antibiotiques et des antiinflammatoires. Le pronostic est généralement bon avec une possibilité d’arrêt du traitement au bout de quelques mois, bien que certains chiens nécessitent un traitement d’entretien à long terme pour maintenir la rémission. (d’après L. Medleau)

La dermatite atopique

Le prurit cutané et l’alopécie sont des symptômes observés dans de nombreuses maladies : parasites, infections bactériennes, allergies alimentaires…mais peuvent également être dus à une maladie génétique inguérissable, la dermatite atopique. Il convient d’exclure les autres causes possibles des troubles cutanés avant de conclure à la dermatite atopique et ce par le recueil de l’historique, par des examens complémentaires… Les traitements mis en place contre cette maladie génétique sont là pour soulager l’animal, augmenter son confort de vie et limiter les effets pervers de la maladie. Les résultats peuvent être très bénéfiques et limiter considérablement les démangeaisons. La peau a perdu l’efficacité de sa barrière protectrice contre les agressions extérieures, le système immunitaire est perturbé et cela permet l’apparition d’infections bactériennes secondaires et la prolifération des levures (champignons). C’est une pathologie qui apparaît assez tôt dans la vie de l’animal, elle n’a pas de caractère saisonnier bien que l’été soit une période difficile pour les animaux atteints du fait de l’augmentation dans le milieu extérieur des facteurs agressants (graminées, pollens, insectes…).

La mue du Husky Sibérien

Comme tous les chiens, le Husky Sibérien mue. Mais sa particularité est qu’il change complètement sa fourrure 2 fois par an, au printemps et à l’automne (en dehors de ces périodes délicates, le Husky ne perdra que peu de poils s’il est en bonne santé, ce qui fait de lui un chien adapté aux personnes allergiques). Pendant une période qui peut durer jusqu’à 3 semaines ou plus, il va perdre des quantités très impressionnantes de poils, par touffes ou par plaques, et le passage régulier de l’aspirateur deviendra obligatoire si votre chien vit à l’intérieur. Cette perte de poils sera spectaculaire, surtout quand vous la vivrez pour la première fois! Certains individus perdront même tous leurs poils d’un coup, se retrouvant presque «nus». Un brossage quotidien à l’étrille pendant ces quelques jours, à l’extérieur de préférence, sera indispensable pour débarrasser votre chien de ses poils morts. Il est déconseillé de tondre ce chien car sa fourrure est thermorégulatrice et le protège donc aussi bien du froid, que du chaud.

La teigne du chat partie 1

Les infections fongiques (par des champignons) des chats sont représentées en majorité par une atteinte des poils, de la peau et des ongles. Il existe des champignons atteignant tout l’organisme mais ils sont rares. La teigne est une affection très fréquente chez le chat qui, la plupart du temps, n’en est pas gêné le moins du monde car cela n’occasionne chez lui aucun symptôme. On estime que 10 à 20 % des chats sont des porteurs asymptomatiques que l’on détecte uniquement quand il y a eu transmission du champignon au propriétaire. La période d’incubation entre l’exposition et la maladie clinique varie entre une et six semaines.

La teigne du chat –partie 2

En effet les mycoses sont fortement contagieuses aux chats, aux chiens et à l’homme. Les lésions typiques sont des dépilations circulaires qui grandissent de façon centrifuge (le cercle s’agrandit). Le diagnostic de certitude peut être posé aisément par une culture en laboratoire, un examen microscopique ou à l’aide d’une lampe spéciale en fonction des cas. Dans le cas du chaton, les teignes induisent une inflammation importante avec du grattage. Le traitement améliore bien entendu l’état général des animaux atteints, mais surtout il évite la contagion!

Les ongles

Les ongles des chiens et des chats, tout comme les nôtres, ont une pousse continue. Généralement l’usure naturelle est suffisante pour éviter les problèmes. Chez certains animaux pourtant on observe des ongles trop longs, ayant dès lors tendance à se casser, s’arracher, se tordre, voire s’incarner (pour les ergots) et provoquer douleur et abcès. Un ongle cassé qui tient encore par un côté est très douloureux car il pince la matrice innervée de l’ongle à chaque fois qu’il est en appui sur une surface dure: mieux vaut le faire enlever complètement par votre vétérinaire. Un ongle qui s’arrache provoque un saignement très impressionnant: désinfectez et bandez le doigt concerné jusqu’à ce que l’hémorragie s’arrête (quelques heures). Une plaie provoquée par un ongle incarné nécessite souvent des soins plus conséquents. Pensez à vérifier régulièrement la longueur des ongles de vos animaux et n’hésitez pas à demander à votre vétérinaire qu’il vous montre comment les couper.

Les oreilles

Les oreilles du chien doivent faire l’objet d’une attention particulière. Si vous avez un chien avec les oreilles tombantes ou si votre chien a beaucoup de poils dans les oreilles, cet article vous concerne d’autant plus, bien que tout chien ou chat puisse développer un problème auriculaire. Le pavillon, qui est la partie visible de l’oreille, doit toujours être d’apparence propre, de couleur rose nacré (une couleur rouge signifie une inflammation) et ne doit pas contenir de poils en abondance car ceux-ci prédisposent aux otites en créant un milieu humide et chaud. Une oreille doit pouvoir « respirer ». Pour cela, il faut enlever régulièrement les poils visibles (demandez à votre vétérinaire ou à votre toiletteur qu’il vous montre), et effectuer un nettoyage de l’oreille avec un produit adapté. N’utilisez pas de l’eau qui ne s’évaporera pas aussi facilement qu’un nettoyant conçu à cet effet. Si l’oreille est douloureuse, il se peut qu’un simple nettoyage ne suffise pas et qu’un traitement adéquat soit nécessaire. Nos animaux domestiques peuvent souffrir d’otite bactérienne, parasitaire, cérumineuse, fongique… c’est pourquoi il est important de poser un diagnostic correct afin d’adapter le traitement. Un tube de pommade ouvert a une durée de vie très limitée, ne le gardez pas après un traitement « pour la prochaine fois »…

Les pellicules

Les pellicules ne provoquant aucune douleur ou encore gêne importante chez le chien, elles sont souvent ignorées. Elles sont pourtant souvent la conséquence d\'un déséquilibre corporel. Les pellicules apparaissent en général sur une peau sèche ou sur des chiens souffrant de séborrhée. Les problèmes alimentaires peuvent également être une cause de pellicules. La peau du chien nécessite des apports d\'acides gras, et même si on en retrouve en grande quantité dans la majorité des aliments qui leur sont destinés, certains chiens en ont plus besoin que d\'autres, aussi mieux vaut éviter les génériques et ne prendre que de la nourriture de qualité. Il est également vivement conseillé d\'éviter la nourriture faite maison, souvent pauvre en acides gras et presque toujours déséquilibrée. Parfois, même une alimentation de qualité ne suffit pas et un apport supplémentaire en acides gras sous forme de gélules ou de spot-on est nécessaire. Il est aussi très important de brosser son chien régulièrement, ce qui permet une aération de la peau (souvent étouffée par les poils trop longs) et une distribution des huiles à la surface de la peau.

Les pieds

Les pieds de nos animaux étant perpétuellement en contact direct avec le sol, de nombreuses plaies peuvent survenir sur cet espace corporel réduit. Les coussinets, situés à la face plantaire, sont mous et résistants mais peuvent néanmoins être abîmés : morceau de verre, épine, crevasses dues à la sécheresse ou au froid (attention à la neige). C’est un endroit difficile à soigner et où les points de suture ont la vie dure en raison de l’abrasion constante. Les ongles sont eux aussi responsables de désagréments pour l’animal. Quand ils sont trop longs, ils poussent courbés et finissent par venir se planter dans la peau en provoquant douleur et infection. Veillez à ce qu’ils gardent une longueur correcte. Plus ils sont longs et plus ils sont susceptibles de s’arracher. Alors, la matrice de l’ongle saigne abondamment puis reste très sensible jusqu’à ce que la nouvelle corne vienne la recouvrir et la protéger. Les espaces interdigités quant-à eux sont une cible fort appréciée des levures et des bactéries. Les corps étrangers (comme les épillets en saison estivale) adorent venir se loger plus ou moins profondément et créer des abcès. Ceux-ci nécessitent la plupart du temps un traitement antibiotique et des soins locaux. Tous ces problèmes touchent les chiens et les chats mais également les petits animaux de compagnie comme les lapins ou les cobayes. Attention chez le cobaye : le surpoids est un facteur favorisant des pododermatites.

L\'ulcère éosinophilique du chat

L\'ulcère éosinophilique du chat (appelé aussi ulcère indolent) est une maladie cutanée ulcérative, généralement associée à une allergie sous-jacente (hypersensibilité due à l\'alimentation, aux piqûres de puces, à l\'atopie). La lésion commence comme un petit ulcère aux bordures surélevées, affectant préférentiellement la lèvre supérieure. L\'ulcère peut s\'élargir progressivement et défigurer l\'animal mais il n\'est ni douloureux ni prurigineux (il ne gratte pas). Parfois les ganglions situés localement peuvent être augmentés de taille. Le diagnostic est généralement basé sur l\'anamnèse et les signes cliniques. Le traitement consiste, en plus de l\'antibiothérapie et de la corticothérapie, à identifier et contrôler l\'allergie sous-jacente. (d\'après L. Medleau)

Perte de poils

Si le poil des chiens se renouvelle en continu tout au long de l’année, il existe deux mues principales: mue d’automne et de printemps. A ces périodes, le phénomène s’accentue et le poil tombe en abondance pour laisser la place à un poil de repousse, il change d’aspect et devient plus approprié à la saison. Les chiens ont des mues plus ou moins importantes selon leur race et leur milieu de vie (vie d’intérieur, d’extérieur). Un entretien régulier (brossage, shampoing spécial chien) et une bonne hygiène de vie sont essentiels pour donner à votre animal un poil brillant et soyeux. Si malgré cela une chute de poils importante existe en dehors de ces périodes, il peut s’agir d’un état anormal, voire pathologique. Le stress, physique ou émotionnel peut provoquer des chutes de poils. Parmi d’autres causes possibles, on trouve fréquemment une alimentation déséquilibrée, responsable d’un poil fragile, des troubles hormonaux ou plus simplement des parasites (puces, gale) ou de la teigne. Nombre de ces problèmes ont une solution, n’hésitez pas à vous renseigner auprès d’un professionnel de la santé animale.

A propos de nous

Situé à l’entrée du stade de Bielmont, à 2 minutes en voiture du Palais de Justice et du grand hôpital (CHPLT), desservi par les bus 294, 295, 390, 393, 395, 705 et 708, le centre vétérinaire vous accueille du lundi matin au samedi après-midi.

Adresse

Centre Vétérinaire Abyssin Place d'Arles 4 à 4800 Verviers

Email

mesveterinaires@gmail.com